ECOLE DES GRANDS PARENTS EUROPEENS

                                                  Bordeaux-Gironde

 

 

 

 

  

 

ACTIVITES AVRIL 2022 

 

 

 

 

 

Jeudi 7avril 14h30 à l'Atnénée Bordeaux

L’enfant roi :  tyran et/ou victime ?

Agnès Auschitzka psychologue et journaliste

 

 

 

 

 

Mardi 12 avril 10h 

RV Porte Cailhau

Prix : 15 €

Visite guidée : Entre dégustation et poésie antique (2h)

S’inscrire obligatoirement et payer en ligne avec le lien ci-dessous :

Visite insolite de Bordeaux, entre dégustation et poésie antique - Epok'Tour (epoktour.

                 Pour plus de précisions, consultez notre agenda

EDITO Avril 2022

Comment les événements qui nous impactent aujourd’hui résonnent-ils en nous ? Le premier constat que nous pouvons faire est qu’ils saturent notre capacité de compréhension.

 Le 24 février, l’armée russe envahissait le territoire ukrainien. Le 28 février, le Giec sortait un rapport sur la vulnérabilité de nos sociétés et le 1er mars, un rapport sur le changement climatique.  Alors que les masques tombaient, l’épidémie remontait. Dans le même temps certains s’interrogeaient pour savoir s’il fallait poursuivre la conversion écologique en période de guerre, tandis que d’autres s’indignaient, à juste titre, de l’accueil différencié que nos sociétés occidentales réservaient aux émigrés selon leur origine.

« La guerre en Ukraine suscite un émoi et une solidarité d’une ampleur quasi inédite en France. Cela invite à s’interroger sur les moteurs de l’empathie, du soutien à l’autre, de l’hospitalité. Faut-il absolument pouvoir s’identifier à l’étranger pour lui tendre la main ? Dans quelle mesure la peur de Vladimir Poutine nous rend-elle solidaires des Ukrainiens ? Que dit cet élan de nos propres traumatismes ? »

Voilà les questions auxquelles Boris Cyrulnik tente de répondre. Voici quelques extraits d’une interview (La Cx Hebdo) : « Nous sommes touchés par la souffrance de ceux auxquels nous sommes attachés. Autrement dit, plus la distance affective ou culturelle est grande, moins nous sommes touchés par la souffrance. Notre empathie est fonction de notre capacité d’identification. Cette guerre qui se déroule sur le sol européen, le même théâtre que la Seconde Guerre mondiale, contribue aussi à en raviver des souvenirs, qui peuvent également expliquer ce sentiment d’être concerné ».

Parallèlement, cette incapacité à nous mobiliser avant d’être personnellement concernés par une crise n’est pas sans lien avec notre impréparation aux changements climatiques. Faut-il que le danger soit déjà bien installé et impacte notre vie et celle de nos proches pour que nous nous mobilisions ? C’est pourquoi, si la crise pétrolière actuelle est le résultat de la guerre et du coût exorbitant qu’elle va induire pour tous, ne faudrait-il pas se saisir de cette « opportunité » pour enclencher dès maintenant et sérieusement notre conversion écologique ?

Ainsi, si face aux multiples événements qui nous percutent nous nous sentons momentanément déboussolés, impuissants, il n’en reste pas moins que notre réalité humaine nous pousse à aller de l’avant, non pour oublier mais pour que la vie continue et que nous y contribuions. C’est un ressort à exploiter !!                                                                                                                                                                                   Gisèle Gizard

 LA GUERRE ET NOS PETITS-ENFANTS

12 livres pour aborder la guerre avec les enfants (dont 3présentés)

http://lesptitsmotsdits.com/guerre-12-livres-aborder-sujet-enfants/

SOLIDARITE

A QUI DONNER?

La Croix-Rouge, déjà présente en Ukraine, en passant par son formulaire en ligne.                                                                  

L’agence des Nations unies pour les réfugiés a  ouvert une plateforme de dons en argent                                                         

 La plateforme Soutien Ukraine dresse une liste d’organisations françaises, ukrainiennes et internationales (argent, dons en nature, hébergement)      A Bordeaux Ukraine Amitié                                                         

Par Anne Leuret Conseillère Conjugale et Agathe Baumer Médiatrice Familiale

 

Plus que jamais aujourd'hui les couples, les familles sont confrontés à des crises, des conflits, des ruptures et il n'y a plus une famille mais des familles : ensembles, séparées, décomposées, recomposées...

Traverser un temps de crise n'est cependant pas une catastrophe mais bien le signifiant d'un besoin de changement, d'évolution du lien.

Parfois ces crises répétitives, non dépassées mènent à une rupture et la séparation aura des retentissements sur tous les membres de la constellation familiale.

Comment accompagner ces temps ? Vers qui se tourner ?

Comment le conseil conjug

 

                                                                                                               

                                                                                                               

                           Consultez vite notre agenda !!

 JANVIER 2022   EDITO

 

Notre devise 2022

"La vie, ce n'est pas attendre que les orages passent, c'est apprendre à danser sous la pluie" Sénèque

Se souhaiter une bonne année ? L’exercice a-t-il encore un sens aujourd’hui ? Sans doute plus que jamais !! Je vous souhaite donc au nom du Conseil d’Administration de

L’École des Grands-Parents Européens Bordeaux -Gironde

  • Une nouvelle année en bonne santé, une année où nous n’aurions plus peur ni du virus ni du vaccin

  • Une année où nous pourrions davantage apprécier le temps présent, le temps qui passe, le temps que l’on partage

  • Une année où l’on apprenne à mieux accueillir l’incertitude dans nos vies, mais aussi à goûter les bonnes surprises

  • Une année où nous pourrions davantage prendre soin de notre vie intérieure

  • Une année où nous nous intéresserions davantage aux autres et aux problématiques qui font déjà le présent et plus encore l’avenir, aux difficultés rencontrées par les plus précaires, les soignants et les enseignants, à la crise migratoire, au réchauffement climatique…. en cultivant notre «esprit colibri »

Alors oui, souhaitons-nous de vivre pleinement et d’accueillir tout ce qui nous est donné !!

 

Par ailleurs, en ce début d’année, nous avons fait le choix de laisser passer la vague, comme cela nous est vivement recommandé par le corps médical…Aussi ne reprendrons-nous nos activités qu’en février, et selon les circonstances, pour les Conférences et Ateliers à l’Athénée en présentiel  lorsque bien sûr cela est possible OU bien en visioconférence,.

ND

        XXXXXXXXXXXXXXXXX

ARCHIVES

 

 

EDITO Mai/

juin2021

Vous vous en souvenez sans doute, la fin du confinement, l’enfer étant pavé de bonnes intentions, menaçait notre génération d’avoir à poursuivre sa réclusion. Les « vieux » et donc « fragiles » étaient menacés de rester chez eux afin d’être protégés du virus. L’acte 2 fut ensuite, à l’approche des fêtes de fin d’année l’injonction de bien vouloir rester dans la cuisine.

Ces propos condescendants ne peuvent que nous amener à nous interroger sur la perception de ce que/qui nous sommes, voire la considération que  peuvent avoir  nos  dirigeants mais aussi plus largement la société.  Les nombreuses positions prises par l’EGPE dans les médias au niveau national durant l’année écoulée ont-elles permis un changement de regard ? Nous ne pouvons que l’espérer durable….

Lors du 3° confinement qui a commencé, alors que la plupart des grands- parents actifs n’étaient pas encore vaccinés, a vu un revirement total de discours puisque nous avons alors été invités à prendre en charge nos petits-enfants afin que nos enfants puissent continuer à travailler… ce pour quoi, à l’EGPE, nous étions déjà engagés depuis 1 an !! On peut donc s’en réjouir, même si la période de 3 à 4 semaines, selon les âges des enfants a été un peu rude. Nous avons sans doute remporté là, une bataille.

Enfin, un article du monde (V° plus bas) relate, durant ces dernières semaines, les dissensions survenues dans certaines familles, certaines fratries de nos enfants et mis en évidence d’anciennes rancœurs, voire jalousies venant mettre à mal les liens familiaux. Et si plutôt, en ces temps difficiles, chacun faisait un pas de côté pour changer de point de vue … Restons positifs. C’est à nous de maintenir les liens familiaux !!                                                                                                                     

                                                                                                                                     Gisèle Gizard

                                                                                                                                         Présidente

Toutes nos activités se déroulant à l'extérieur le sont dans le respect des contraintes sanitaires: groupes de 6 personnes, gestes barrières

Retour sur une expérience 2020

Maitriser les outils de visioconférence, une grand-mère nous en parle

« Alors que mes petits-enfants entrent sans complexe dans cet univers numérisé, moi, grand-mère, senior, personne vulnérable de 2020, j’essaie de fuir mes résistances, mes incompréhensions, mes freins et ma peur de l’inconnu pour face à l’adversité.

M’inscrire à cette formation de neuf heures pour connaitre les outils numériques  avec l’EGPE m’a semblé un défi comme franchir un mont caillouteux les pieds nus.

Les pieds nus seraient tous mes freins psychologiques et matériels et le mont, toutes les informations  à absorber et à comprendre pour  ensuite les mettre en pratique.

Suis-je encore capable d’intégrer toutes ces nouvelles notions ?  Suis-je assez bien équipée avec mon vieil ordinateur ou mon vieil iPad. Vais-je savoir m’adapter pour pouvoir avancer avec les autres que j’imagine plus initiés que moi.

Le premier caillou, c’est l’instant même de la connexion.

J’appuie sur le lien envoyé par l’EGPE et je m’aperçois que ça marche. L’écran  partagé s’ouvre sur des visages accueillants et souriants qui me mettent en confiance.

Rémy, notre formateur accueille chaque participant avec bienveillance et nous instruit et avec une infinie patience nous explique, nous ré-explique et répond à toutes nos questions inlassablement pendant trois heures transformant mes petits cailloux en sable.

Le programme est chargé, les nouvelles notions activent mes neurones qui ont dû se multiplier pour mon plus grand bonheur. (Scientifiquement prouvé !)

Aujourd’hui je m’aperçois qu’en ces périodes troublées, ces nouveaux outils nous permettent des rapprochements indispensables, et avant tout avec nos enfants et nos petits-enfants bien sûr ! Mais aussi nous permettent de poursuivre nos activités, en particulier avec l’EGPE…

Alors je conseillerais à tous de suivre cette formation !! »                                               (Dominique)